13 février : Roda de Choro

Le Brésil instrumental / Roda de Choro : JEUDI 13 février à 20h30

Le Saint Louis
2-4 avenue Jean Rieux
31500 Toulouse
tél: 05.61.20.69.73

participation libre !

La Casa de Choro vous invite pour un petit voyage musical autour du Choro, musique instrumentale et conviviale au ‘Saint Louis’ à Toulouse.
avis aux musiciens: N’oubliez surtout pas vos instruments !

La roda de Choro

… Lieu privilégié de rencontres des musiciens de Choro, c’est un espace public (bar, place de ville, terrasse…), où se retrouvent habitués et musiciens de passage cordialement invités, au milieu du public, dans un esprit d’émulation et de plaisir partagé.
… c’est d’abord du Choro : cette musique éblouissante est la première qui naquit au Brésil, donnant ensuite naissance à toutes les autres. Elle a la richesse harmonique et mélodique de la musique romantique, métissée avec les syncopes africaines. Musique savante par sa teneur (n’est pas chorão qui veut !), populaire par son mode de vie, gaie, pétillante et conviviale, volubile et généreuse, le Choro ressemble aux brésiliens.

Le Choro

Reconnu au Brésil comme genre musical à la fin du XIXème siècle, cette musique populaire urbaine prend ses racines dans le répertoire musical de l’époque, constitué de danses de cour, polka, scottish, mais aussi des lundus, maxixes, aux fortes influences africaines. Il saura évoluer tout au long du XXème siècle, se mélangeant aux rythmes de samba, jusqu’en 1958 où l’apparition de la Bossa Nova et le déferlement des musiques nord-américaines le font oublier des jeunes générations. Mais la flamme est toujours entretenue par quelques musiciens, et reste dans le coeur de tous les mélomanes brésiliens qui redécouvrent aujourd’hui un répertoire national d’une richesse inépuisable.
Cette musique est essentiellement instrumentale, avec une base rythmique appuyée sur le « pandeiro », percussion qui assure à elle seule toute la section rythmique, et auquel répondent les « cavaquinhos » (ou cavacos), petite guitare à quatre cordes qui marque les « contres », mais peut parfois devenir soliste. Les guitares six cordes assurent l’harmonie, tandis que la « sept cordes » développe dans les graves un contrechant d’une richesse mélodique souvent équivalente à celle du thème musical assuré par le « bandolim », mandoline brésilienne, ou les instruments à vents, flûte traversière, clarinette, saxophone, ou trompette, trombone…
Comment peut-on trouver autant de sophistication dans une musique populaire ? On découvrira que l’un des grands compositeurs du Choro, surnommé Pixinguinha, était il y a déjà cent ans, un musicien classique accompli, formé à l’harmonie, au contrepoint et grand connaisseur des fugues de Bach…
Plusieurs Choros ont été également adaptés en chansons, pour notre plus grand bonheur…

Merci de faire suivre l’invitation !

à bientôt,
Olivier LOB

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
*

Back To Top